Histoire du Nébout


Petite histoire du Nébout

Le bâtiment du Nébout actuel figure intégralement sur la feuille originale du Cadastre NAPOLEON III (1826 semble-t-il). Sur ce document figure un autre bâtiment qui « fermait » l´angle des deux bâtisses actuelles, et qui a été depuis longtemps démoli ; il s´est dit que le produit de cette démolition avait permis la construction du « Petit Nébout » voisin.

L´examen de son bâti convainc rapidement, du fait des extensions successives, que « la base » est beaucoup plus ancienne. Pour l´époque, sa facture de maison de Maître étonne, avec des caractéristiques que l´on retrouve à l´identique dans les hôtels particuliers du centre ville de TOULOUSE : Cheminée monumentale à l´étage, poutres moulurées avec semelle moulurée, solivage et plancher de comble peints au pastel en face inférieure, carrelage de terre cuite.Encore plus étonnant le balcon anciennement ouvert à l´Est avec mur intérieur et fenêtre à croisée en bois… et son colombage intérieur redécouvert en 1998 à l´occasion de travaux…

Etonnant car, à cette époque, l´environnement n´était que marais peu accueillants, et à 15 kilomètres du centre ville, c´était déjà très loin…

Qui était donc ce maître d´ouvrage qui a commandé une telle bâtisse à cet endroit, en demandant de l´orienter (Nord-Est – Sud-Ouest) au « contraire » des pratiques rurales locales (exposition sud et fermeture au Nord-Ouest)?

Début 20ème siècle, le nouveau propriétaire a profondément transformé le bâtiment : fermeture du balcon, ouverture d´une nouvelle cage d´escalier, inversion des accès (de l´Ouest à l´Est), création de nouvelles chambres par cloisonnement, la cheminée monumentale est murée, des cheminées « modernes » avec façade marbre sont construites… et tout est plâtré afin de parer les murs de tapisseries et d´oublier ces briques bâties à la terre (et leur poussière…). Le logement est alors conçu pour être utilisé avec des personnels de service et les commandes des clochettes par fils de fer étaient encore visibles récemment.

Cet homme a laissé le souvenir d´un entrepreneur qui aurait fait fortune dans le commerce du fer, et peut être déjà de sa récupération. Il en a profité pour lui-même en réalisant un ensemble de portails sur l´enceinte périphérique de la propriété, créant de ce fait une multiplicité d´accès dont les usagers peuvent encore bénéficier aujourd´hui.

En 1952 la ferme est devenue propriété d’une famille migrée depuis l´Italie du Nord  vers 1930. Un de leurs 5 fils est resté sur la ferme. La ferme a été vendue à Bernard  GARROS, jeune agriculteur voisin, le 08 Août 1983. L´exploitation agricole perdure aujourd´hui sur 105 hectares de céréales répartis sur 3 communes.>  

Les travaux de réhabilitation du Nébout

(1983 à 2010)

Première période (Août 1983 à 1989)

La famille avec trois enfants (2 à 6 ans) est entrée dans un immense bâtiment de ferme (1200 m2) sans aucun équipement sauf un robinet d´eau froide dans la cuisine.L´urgence a donc été de créer un minimum de confort fût-il spartiate : Un système d´épuration autonome, une salle da bain et un WC, en rez-de-chaussée Nord.La cuisine de ferme a été utilisée tel quel et les trois enfants avaient été répartis dans les chambres à l´étage mais leur vétusté a rapidement commandé une restauration : C´est en démolissant les cloisons de briques foraines bâties au plâtre que nous avons découvert l´ancienne pièce de vie XVIIIème et sa cheminée monumentale. Cette découverte a bien sûr modifié tous nos projets et nous avons dû transformer le grenier NORD en deux chambres pour les deux garçons. Nous avons alors décidé de monter la cuisine à l´étage dans cette nouvelle pièce de vie et l´aménagement très sommaire existe encore aujourd´hui.

Deuxième période (1989 à 1994) :

Les conditions économiques très difficiles de l´activité agricole ont conduit à initier une diversification des revenus : La décision a été prise de réaménager le bâtiment de ferme (étables, ateliers…) en un ensemble de cinq gîtes. Les travaux commencés en 1988 se sont terminés en 1993.Une remise à niveau des gîtes a été faite en 2006 (peintures, tapisseries, moquettes, salles de bains) et l´abri voiture réalisé en 2008.

Icônes de photos du chantier des gites

Ce bâtiment avait à l´origine une belle forme bien typique de la campagne toulousaine, mais la qualité de sa construction était mauvaise : Il a donc été nécessaire d´effectuer une complète reconstruction à neuf de l´intérieur du bâti ancien ; sa nouvelle destination a imposé de percer de nouvelles ouvertures qui ont été réalisées en tentant de sauvegarder l´harmonie initiale; l´opportunité de récupération de beaux matériaux anciens a permis d´aboutir au résultat actuel.De son ancien usage, restent les poutres de cheminées des gîtes 2 et 3 taillées dans la poutre d´auge, ainsi que les fermes et poutres de soutien d´étage.Dans le gîte 5, demeure l´ancienne cheminée de ferme dans laquelle était annuellement cuisiné le cochon familial.

Troisième période (2007 à aujourd´hui) :

Une longue période de règlement de diverses difficultés financières a interdit toute initiative de 1994 à 2007.Seule bonne nouvelle de cette période, le « tout à l´égout » a été réalisé en 1995. Depuis 2007, le chantier a repris sur l´aile de bâtiment abritant le logement du propriétaire.La principale idée consistait à ouvrir ce volume au sud, jusqu´alors fermé par deux grands greniers de faible usage sur 180 m2.Le rehaussement de l´ancien toit en appentis a permis de dégager un volume nouveau.La très large ouverture des murs EST et OUEST a permis un éclairage naturel à l´intérieur qui va rendre ces volumes agréablement habitables. 

L´accession d´un des fils à une situation d´associé au sein de la SCOP-SARL de Charpente « La Tournée du Coq »  a été un facteur déterminant dans la faisabilité de l´opération. http://www.latourneeducoq.com Deux nouveaux appartements locatifs ont été récemment aménagés, qui viennent compléter les cinq gîtes existants. La restauration d´une surface encore importante reste  à entreprendre.